Marie-Ève Hélie-Lambert veut contrer l'exode des jeunes


Marie-Ève Hélie-Lambert

17 Janvier 2006 - La Voix - C'est dans le but de trouver des mesures pour contrer l'exode des jeunes que la jeune candidate du Parti conservateur dans le comté de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour, Marie-Ève Hélie Lambert, a décidé de se lancer dans la course électorale fédérale.

De passage aux bureaux de La Voix mercredi en compagnie de son organisateur Charles Cartier, Mme Hélie-Lambert a déclaré que ça faisait longtemps qu'elle partageait les opinions émises par le Parti conservateur du Canada.

Je suis tannée de ne pas avoir de voix au sein du gouvernement, et je veux donner une voix à ceux qui pensent comme moi, a-t-elle soutenu, précisant que les gens à qui elle a parlé de ses ambitions se disaient maintenant prêts pour un changement.

Cela dit, Mme Hélie-Lambert admet que le bloquiste Louis Plamondon n'est pas un adversaire très facile. Je vois ça difficile, mais pas impossible à gagner, assure-t-elle. J'ai été très bien accueillie par la population, qui désire un visage nouveau et de nouvelles idées.

Originaire de Saint-Alexis-des-Monts, près de Louiseville, Mme Hélie-Lambert estime que son comté d'origine et celui qu'elle souhaite représenter se ressemblent. Il s'agit d'un "beau défi" pour cette étudiante en philosophie de 26 ans, qui en est à sa troisième année de baccalauréat à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Ses passions sont l'écriture et la politique. Elle a fait savoir qu'elle a déjà publié un livre sur la déresponsabilisation citoyenne.

Selon elle, un gouvernement conservateur offrira une meilleure politique des services de garde, qui donnera un véritable choix aux familles, que ce soit le travail à l'extérieur ou l'éducation d'un enfant à la maison.

Elle estime également qu'un gouvernement conservateur sera en mesure d'établir des programmes pour contrer l'exode des jeunes, ce qui est essentiel selon elle.

Provenant d'un milieu agricole, elle est également sensible à la promesse conservatrice d'établir un aide aux producteurs qui reconnaîtra la diversité agricole : Il n'y a pas que les grosses fermes, il faut aussi tenir compte des fermes moyennes et familiales. Il est difficile à l'heure actuelle de trouver de la relève, car les jeunes n'ont souvent pas les moyens de reprendre la terre familiale, fait-elle remarquer.

La décentralisation préconisée par le Parti conservateur redonnera plus de pouvoir aux provinces, estime Mme Hélie-Lambert, qui laisse entendre qu'elles auront ainsi plus de moyens pour aider les régions.

Concernant la controverse attachée à la question du mariage gai, Mme Hélie-Lambert rappelle que le chef Steven Harper a promis que s'il y a vote sur la question, ce sera un vote libre, et les députés, peu importe leur parti, pourront exprimer individuellement leur opinion. Le Parti conservateur n'est pas un parti aussi fermé que les gens le croient, a-t-elle affirmé, rappelant au passage que Louis Plamondon a débuté sa carrière politique comme député conservateur en 1984.

De son chef Steven Harper, Mme Hélie-Lambert dit de lui qu'elle apprécie son côté timide et réservé qui le rend plus humain. Steven Harper a su prendre confiance en lui. C'est un homme qui prend le temps de rencontrer les gens laisse-t-elle entendre.

La candidate conservatrice souhaite que le comté demeure "vivant", et que les jeunes aient envie d'y rester. Pour les aînés, elle souhaite que ces derniers puissent y trouver tous les services dont ils ont besoin, "car ce sont eux qui ont bâti le comté", fait-elle valoir.

Le Parti libéral n'a rien fait, et le Bloc québécois ne peut pas faire grand-chose. Avec le Parti conservateur, la population se donne une véritable voix à Ottawa pour se faire entendre par des gens qui vont pouvoir apporter des solutions concrètes, a-t-elle conclu.

Retour Imprimer



Google
 
Web soreltracyregion.net

26 personnes connectées sur le site
Cette page a été lue 1494 fois.