drs44_pub468
Tous nos journaux...  
Untitled
  Votre journal...
LES 2 RIVES
77, rue Georges
Sorel-Tracy(Québec)
J3P IC2
450.742.9408
450.742.2493 fax
les2rives@enter-net.com
Tirage, version imprimée
27 927 exemplaires
Accès Internet
Région Montérégienne
200 000 foyers branchés
L E S    A R C H I V E S
Centre-ville Sorel-Tracy
Mise à jour toutes les minutes
© 2003 - Tous droits réservés
     MPA Concept - Les 2 Rives
Édition du 8 avril 2003 Vol. 25, No. 30

Le Mouvement National des Québécois remet une Médaille de Bronze à Guy Savard

Pour son bagage d'expérience, sa navigation en eaux troubles ou douces (sic), la Société Saint-Jean-Baptiste Richelieu/Yamaska et le Mouvement national des Québécoises et Québécois a rendu récemment hommage à l'implication du Sorelois Guy Savard qui quittait les instances de la SSJBRY après près de 20 ans de loyaux services.

C'est Mme Lise Lavoie, présidente de l'organisme, qui a applaudi M. Savard affirmant que " Guy fait partie de cette lignée de Québécois, hommes et femmes, qui ont consacré leur temps et leur énergie à travailler pour donner à leurs enfants et petits enfants un pays dont ils pourront eux-mêmes déterminer la destinée. La présidente du Mouvement National des Québécoises et Québécois, Chantal Turcot a joint sa voix à celle de la région pour féliciter M. Savard et lui remettre la médaille de Bronze du mouvement. Cette médaille existe depuis maintenant 29 ans et c'est la deuxième fois seulement qu'elle est remise dans la région Richelieu-Yamaska. Son attribution, a-t-elle rappelé, souligne les mérites exceptionnels d'un militant qui s'est distingué dans son action, pour la cause souverainiste.

Guy Savard est particulièrement connu comme un souverainiste convaincu. Un pur et dur. Surpris de se voir décerné cet honneur - il a pourtant été longtemps vice-président de l'organisme régional - il a dit avoir voulu simplement, à la mesure de ses moyens et de sa disponibilité, contribuer à l'avancement certain de cette idée, de cette cause de la souveraineté. Une idée qu'il a aussi contribué à faire valoir tant comme président des Patriotes du pays que comme président du PQ-Richelieu et même comme candidat de ce parti, au milieu des années 1980.

" Et même si on l'a quelque peu mise dans l'ombre au cours des huit dernières années, elle est toujours le choix de 40 % des gens. Imaginez ce que ce sera quand on en parlera régulièrement ! J'ai encore foi en cette vision d'un pays québécois souverain même si je n'y travaille plus de la même façon. Faire un pays ne vient pas seul. Il y a des gens timides partout. Et il faut les convaincre que leurs craintes sont sans fondement. Quant à moi, je suis revenu au PQ pour montrer que jamais je n'ai abandonné l'option. Toujours souverainiste, j'en fait la promotion et j'en parle. Je désire encore ce pays pour mes enfants et petits enfants. Le rêve d'avoir son pays est un rêve qu'il faut partager. Il faut donc renouer avec le travail d'équipes bénévoles sur le terrain qui sauront, pas seulement en temps d'élection mais jour après jour, faire avancer la souveraineté en allant chercher les gens sur leur propre terrain, là où ils sont. "

L'impasse dans l'avancement de divers dossiers - les difficiles retours d'impôts d'Ottawa par exemple - sont la preuve irréfutable de l'impossibilité de s'entendre avec le fédéral, dit-il. Son travail a toujours été de chercher à mobiliser les gens sur cette question. Un travail de conviction sur le terrain : " Il me semble que le travail fait, à mon rythme était pour la cause. Pas pour les honneurs!"